clown

LE SYNDROME DE CASSANDRE

YANN FRISCH

S’agit-il vraiment d’un clown ? Son nez est gris. Engoncé dans son manteau noir, il erre seul dans la pénombre et mange convulsivement ses bananes les unes après les autres. Avec ses cheveux et sa barbe hirsute, il aurait plutôt l’air d’un pâtre grec ou d’un clochard. C’est une véritable tragédie que vit le clown selon Yann Frisch. Comme Cassandre, dont personne ne croyait les prophéties, il aimerait qu’on le prenne au sérieux. Mais il est à jamais condamné à vivre « comme une blague à deux pattes ». Le rire du spectateur, symptôme de cette tragi-comédie, est à la fois sa nourriture et son drame. Yann Frisch et son complice Raphaël Navarro, autre surdoué de la mystification, nous entraînent dans un univers sombre, à la croisée de l’illusionnisme, du théâtre d’objet et du clown. Un spectacle grinçant et drôle, qui en déroutera plus d’un…

 

Bon à savoir : une rencontre est organisée avec Yann Frisch, Etienne Saglio et le public, après le spectacle Projet Fantôme au bar du Monfort, le mercredi 26 juillet (autour de 22h45) !

Dans la presse

Créant peu à peu un curieux malaise, Yann Frisch est doué. II sait à merveille déranger, déstabiliser.
Fabienne Pascaud, Télérama


Un OTNI (objet théâtral non identifié) qui est une pépite, avec tout ce qu’il faut pour devenir un spectacle « culte », comme on dit. Drôle, méchant et grinçant juste ce qu’il faut, poétique, absurde et libre.
Fabienne Darge, Le Monde

À lire aussi